LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Une vie de tu à toi ?

J’ai trouvé, entre les pages d’un livre de la bibliothèque une feuille avec ce texte inachevé :

« Quand j’étais gamin et que j’avais quitté je ne sais plus quoi…je comprenais pas tout ce qui se passait.
Pour m’en souvenir j’écrivais sur les murs avec un gros bout de charbon.
Pour ne pas perdre cette mémoire il recopia toutes ces notes sur son blouson, mais avec un stylo.
Sa vie et ses rêves sur une poche, ses peurs et ses chansons sur le col, ses chansons préférées dans le dos…le blouson était couvert d’écritures. C’était bien compliqué à lire et lui seul pouvait comprendre et savoir comment faire pour mettre ces mots en ordre.
Ces choses, de toute façon on ne peut pas les oublier qu’elles soient écrites ou pas. Il trouvait toujours pas les mots justes pour exprimer ce qu’il avait vu et vécu.
Il se souvenait par exemple d’une ballade en scooter avec son frère et de l’accident. Le frère mort et lui n’avait même pas une égratignure. Cela paraît un petit peu compliqué. Pourquoi lui et pas moi ? On n’a pas d’explication.
Peut-on vivre sans réponse ? Oui il y a des choses qui n’ont pas de réponses.
Ecrire, seule manière d’évacuer certaines choses qu’on ne peut confier à quelqu’un.
C’est un garçon de 15 ans qui s’en va . C’est compliqué de décider dans une histoire de la vie de quelqu’un. Même si c’est pour de faux… »

Ce texte expliquait-il de manière compliquée et imagée que la vie des histoires est difficile, que mettre des mots sur des sentiments et des temps passés, est douloureux ? Peut-être.

J’ai remis le texte en place entre les pages 56 et 57, car il n’y avait pas d’adresse à qui le renvoyer. J’espère que le lecteur qui l’avait laissé retrouvera ces traces du témoignage et des questions que le hasard aurait pu m’apporter.

Laisser un commentaire

Archives