LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

rentrée, rentrons

Ecouter ce qui brûle, et sentir dans les plis d’un feu les rumeurs des grands mondes.

Attraper d’un bras vif les regards et la bouche mouvante de ceux qui n’oublient pas de rire.

Tenter d’un cil, d’un mot, d’une note luisante de remplir le ciel fade de reflets et de tiède.

Avancer d’un pas lent sans rater un détail, en paressant docile aux lumières qui passent, pinceaux légers, poisseux, sur les pierres, les peaux.

Entre miel et pigments roux, entre buvard chaud et soieries en vrac, entre l’archet et les cordes, tu vis là, tout le temps que l’horloge fait.

C’est l’espoir d’une braise,

quand il est certain que plus rien ne sera jamais lisse.

Par chance !


Laisser un commentaire

Archives