LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et mots0681571560
letratag86@gmail.com

Faribole de nouvel an
Il y avait, au bord de l’eau, quelques places bien calmes. Le courant du ruisseau n’allait pas jusque là. La grenouille embusquée, accoudée à sa feuille attendait le moustique comme un pilier de bar. D’un air de sacristain dégoûté par l’ouvrage, un héron regardait la scène sans bouger. Personne ne savait qui serait le premier à dissoudre d’un trait la vie d’un plus petit. Je conseillais à cette époque les moustiques et les libellules de cette partie du marais, en échange de quelques fournitures alimentaires délicieuses.
De la branche de saule où je passais mes jours j’avais de quoi construire des tas de théories : des courtes et des fortes, des complexes aussi, quelques unes appuyées sur de vraies statistiques.
Mais à trop m’occuper des mœurs de cette faune, j’ai failli oublier qu’un chat saurait gravir en silence le tronc et la branche paisible de ma chaire tranquille.
Par chance, l’eau si plate faisait un bon miroir et j’ai pu m’envoler à la barbe du greffier.
A regarder le monde et la terre si ronde
On croirait à grand tort échapper à ses morts
A penser de trop loin elle semble gironde
Et les maitres des mots se sentent bien trop forts


Laisser un commentaire

Archives