LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Lucie aime les Beatles? et les dinosaures ?
Lucie aime le ciel, le vent et les sourires
Les câlins les gâteaux
Les chansons de sa mère.

Des monstres écailleux peuplent parfois les livres
Les idées viennent après envahissant les filles
Les garçons, les parents, de grouillants dinosaures.
Qui va manger quel autre ?
Qui sera le glouton, le plus fort de la terre, encore plus que papa ?
On peut imaginer qu’il aura des dents longues, des pattes très poilues, des écailles brillantes,
De la bave qui pue, des pinces très velues, de petits yeux méchants et souvent un gros cul.
Papa il est plus fort il sent bon le papa, il a des yeux profonds et la peau rasée douce. Lucie aime voler jusqu’au bout de ses bras, faire un grand tour au ciel et venir se poser dans des bras bien plus forts que tous les stégosaures.
Un dinosaure c’est pas bien fort, mais ça pue trop ça sent fort.
Un plésiosaure c’est dur à dire mais c’est bien mort,
Un brontosaure, cet’ grosse vache n’a rien à faire que de brouter des herbes folles et du bois mort
Un tyrannosaure fait le malin, mais dans la pierre comme fossile, a moins de dents que mon papa qui mord les pommes d’un coup, trop fort !
L’ychtosaure n’arrive pas à sortir des pages de nos livres, plat comme une crêpe, image qui dort dès que Lucie décide de fermer les pages sur son sort.

Lucie aime les livres, les monstres et les grands cris,
Se faire peur, chercher des bras, où l’on est fort contre papa.
Regarder vite au fond des livres quel est le monstre qui mord le plus
Et frissonner contre maman, tenir des mains, crier très fort pour faire partir les dinosaures.

Lucie aimera la fantaisie des rues qui se laissent faire, la malice des moineaux, le cocasse de ce qui ne saute pas aux yeux de ceux qui ne regardent rien que le bout de leur vie.

Lucie aimera les déserts de la Chine et les odeurs d’oignons des ruelles de Bilbao, les parfums de mimosa des dunes du Ferret, la couleur de l’eau grise parfois autour de Groix, le vent sans limite de la Putza, vers les plaines russes, les fracas des cascades, la paresse du Rhin.

Lucie aime déjà rire des couleurs mélangées et des éclipses de sérieux. Lucy in the sky !

Laisser un commentaire

Archives