LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Avec plein de si, on jouerait…

Et si…

Et si l’on jouait ? Si l’on grattait du bout du doigt la mousse d’une souche, dégageant le bois dur et noir, dessous intime d’un arbre mort depuis des années qui cache sous la terre sa grandeur passée.
Sous l’ongle une trace brune et humide, une poussière bien pleine et grasse, fait encre sur le papier puis s’épuise. J’ombre une courbe et je replonge vers la mousse.
Ecrire avec du jus d’arbre mort, comme un pacte signé par Faust à sang et à cris. Le rêve des mots sortis du sol et du temps, d’une continuité dont ma main sera l’abouti, l’instrument ?
Drôle de rêve, quelques secondes, assoupi sur mon banc. Un paysage qui surgit, unité de lieu et de destin. Un homme écrivant sous la dictée d’un arbre enfoui sous l’humus. Je m’endormirai un de ces jours sans rêver.

Laisser un commentaire

Archives