LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et mots0681571560
letratag86@gmail.com

La molesse qui dure fuit toute extrémité

Bout de mou !

Existe-t-il du mou entre les extrémités dures ?
Le mou au milieu ? Le centre sera mou ou ne sera pas.
Le mou de la raison contre les extrémités foldingues ?
Alceste est un sage, un philosophe de la mollesse et du milieu mou.
Le mou ? Je connaissais celui que l’on portait aux chats le dimanche et que ma grand-mère coupait avec des ciseaux en lambeaux sanguinolents. J’étais fasciné par cette sauvagerie ordinaire qu’une vieille dame si gentille pouvait mettre en œuvre. Les chats n’avaient pas la même pudeur que moi et se précipitaient pour partager la gamelle pleine dans un vacarme de bruits de chairs déchirés par les petites dents vigoureuses.
Le mou incroyable d’un lit, celui qu’il faut laisser à l’écoute de grand voile en attendant la risée, le mou méprisant étalé sur le voisin d’en bas comme signe d’opprobre chez celui qui reste souvent sans réactions face aux évènements de la vie.
Le mou de la laisse invisible qui doit pédagogiquement permettre à l’adolescent d’être surveillé sans être bridé. Vive le mou et contre la bride !
Le mou n’est pas beau, il est flasque du ventre et pendant du sein. Le mou serait alors l’inverse du ferme et du beau. Pourtant, le mou indispensable du muscle blessé traduit l’amélioration de la contracture, le mou abdominal est un bon signe d’absence de problème digestif mais peut aussi signer une dé-musculation quasi pathogène pour le dos fragilisé.
Il y a du mou dans les questions et les réparties du journaliste ou de l’homme politique invité dans une émission.
Le mou du ciment est à respecter car il ne faut pas y toucher ou y laisser une trace car le durcissement du mou, le changement d’état va immortaliser toute atteinte à ce mou, devenu pierre ferme.
Le mou est question de goût, en ce qui concerne le pain et les avis inconciliables.
Certains ont un regard mou, souvent caractéristique d’une individu mollasson, adjectif néologique qui traduit l’insistance à souligner l’état ramolli et faible d’un interlocuteur.
Les mathématiciens évoquent la logique floue…, les épistémologues les sciences molles… Il y aurait des sciences dures, comme celle qui étudie le parpaing et d’autres sciences molles comme celle qui étudie le Nutella®.
Le cinéaste aime le mou du flou, le photographe aussi qui appréciera les degrés de dureté, donc de mou, de mollesse des papiers de tirage.
Le manager et son cœur de cible évoque les noyaux durs, et sans doute donc les chairs molles, le mou des écorces… le chirurgien est un trieur de parties dures et molles. Il joue avec le mou, repousse et rattache, enlève et coupe, du dur du mou.
Soft machine, le titre ou le groupe je ne sais plus exactement mais ce titre à l’obscénité rendue acceptable par la langue étrangère me ravissait, adolescent. Les montres molles de Monsieur DALI faisaient écho, à l’infini, rebondissant sur les parois lisses de la gare de Perpignan.
Mou de cette tiédeur douce d’un poupon, mou de tes cuisses sous ma tête, mou et tendre ce collage endormi, un jour de sieste estivale.
Le mou ? Concept immense ! Pourvu que ça dure !

Laisser un commentaire

Archives