LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Entre mots déçus doutes et violence : les emprisonnés de Poitiers Lapin N°8
monument pour la résistance Paris (c)2009 DRP

Assemblée Nationale et Sénat (c) 2009 DRP

Où ‘on voit que la Justice, les règles, les procédures, les garanties, les recours, ne peuvent fonctionner (et encore) que si un soutien massif existe autour des détenus, des prévenus! La situation actuelle des embastillés/condamnés illustre parfaitement que la Justice, sur le fond et sur la forme est affaire de circonstances, de pressions, de rapports de force, contrairerment à ce qu’elle prétend elle-même sur sa nature. On le voit aussi dans les conflits du travail, devant les prud’hommes ou les tribunaux administratifs. La situation concrète à Poitiers est une parfaite leçon de chose sur les questions de la mythologie de l’indépendance de la Justice dans un système social. Elle est par nature compromis historique, conjoncturellement liée aux forces en présence. raison de plus pour soutenir ces jeunes et moins jeunes qui subissent là une espèce de lettre de cachet exigées par les princes et réalisées par des tribunaux pressés, très pressés, trop sans doute pour acquérir une respectabilité de la chose jugée. N’oublions jamais que la légalité et la légitimité ne sont pas toujours superposables et que prétendre le contraire fait le lit des démagogues et des drames sociaux. Protégeons notre société contre les fauteurs de désordre : c’est à dire des instances qui ne régulent plus ce qui devrait l’être mais qui abusent la croyance des citoyens, qui dévalorisent tout, salissent tout, galvaudent les mots, le sens et les valeurs démocratiques. Certains cassent les poubelles, d’autres la confiance des citoyens envers les institutions peu ou prou validées par le sens commun. Où sont les vrais dangers ? Entre les mots sans doute, gaffe !

Laisser un commentaire

Archives