LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

commentaire recomposé du conte précédent

C’est très beau de douleur si la douleur à été belle un jour !


Sait on jamais?

On le voit s’éteindre à petit feu comme la mèche de sa lampe tempête qui s’est étouffée dans sa propre cire…

Pendant ce temps là j’étais dans la mangrove sur un bateau tirailleur criblé de balles, un blessé à  bord, une femme au dessus de lui le corsage ouvert après avoir arraché son soutien gorge pour faire un garrot….et le blessé lui dit : »je ne t’avais pas dis que tu as de beaux seins? »

J’interrompais ma lecture et me demandais si un type mourant d’une artère ouverte à la jambe pouvait avoir ce genre de réflexion.

Pendant ce temps là je réfléchissais à des douceurs huilées sur un dos. 

Les bouches disent, les yeux regardent sans voir, les livres nous trimballent à coups sûrs, dans le lit de nos histoires.

D’après CM.




Laisser un commentaire

Archives