LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Un marché de centre ville


Un cliché du marché

Bonhomme champignon. 


 Ballets de parapluies, à la toile qui suinte, aux baleines dangereuses prêtes à éborgner le passant démuni déjà trempé.
Les voix se mêlent en une cacophonie d’oiseau sans plume et plutôt dans les graves. Justement les visages le sont, penchés sur les pavés et sur le parvis de l’église. Seul rayonne le joueur d’accordéon, absent, transporté par ses doigts qui sautillent en faisant un pied de nez à la pluie : elle assiège ce ciel de printemps. 
Les regards se croisent, on mate un peu, l’air de rien, un peu dégagé de toute obligation de s’en rendre compte. Le marchant jette un œil en faisant semblant de s’occuper de sa cliente avec un air appliqué. La faune bourgeoise à sorti ses chapeaux. Ils se tiennent droit les manteaux, de belle confection et les yeux maquillés de bleu trop marqué. Cela donne un air à Madame d’être tombée dans son fard. Monsieur tient le panier, son visage d’enfant de cœur poupin jette un œil sur la dame du monsieur d’à côté.
On échange les victuailles contre quelques pièces sonnantes, on hésite, on demande, la marchande avisée décide les indécis en jetant un regard inquiet sur la file qui s’allonge.
Les champignons s’éloignent l’air satisfait, le pas pressé de se retrouver devant des ailleurs plus secrets.

d’après CM

Laisser un commentaire

Archives