LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Les jours vides de sens

Cela vient sans prévenir, comme une brume qui descend des cols. Le poids des mots se modifie, les gestes coûtent. L’enfant me dit qu’il a la tête en courants d’air.

Je regarde la mienne, elle est a peine plus peuplée. lui est inquiet et moi habitué. La différence est énorme. Le ciel est plein de poussière blanche qui fait ciller les yeux. Un supposé soleil semble s’agiter au dessus mais sans que cette bâche brillante puisse s’ouvrir et laisser le regard fuit au dessus, très loin, vers les formes fuyantes des stratus.

Somme toute une journée de rien, pour rien je ne sais pas encore.

gf

danseuse bordeaux

 

Laisser un commentaire

Archives