LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Mais à la fin…

Océan ouest soir été

Les fins de films sont parfois tristes. Les fins de voyages soulagent des embarras et courbatures d’un trop long trajet. Les fins de bouteilles peuvent être troublées de dépôts amers.

océan soir ouest danseuse

La fin des terres augure du rêve de l’océan qui s’ouvre à l’infini. La fin des haricots est du ressort de la catastrophe ordinaire. La fin et les moyens se disputent depuis toujours.

Vieille pompe à la fin !

Pas fin pour deux sous, le cuistre  se glorifie de sa bêtise. Le ruban de scotch est toujours à la fin lorsqu’on a un besoin urgent de clore une lettre. Un jour sans fin bégaye ses images, des gestes attendus, des surprises banales.

La fin d’une histoire d’amour est une histoire qui laisse le cours des choses en panne.   Pour arriver à ses fins il convient souvent de l’être. La fin d’une rencontre se siffle et s’applaudit. La fin de la bobine est souvent en fil fripé. La fin d’une illusion est la naissance d’une nouvelle certitude possible.

A la fin on trouve toujours des coquelicots

Au cinéma il y a le clap de FIN.

Les haricots sont extra-fins, comme les petits pois.

Dans les débats le mot de la fin est un enjeu crucial parfois.

Dans un roman le mot fin déchire la dernière page éloignant le rêveur associé que le lecteur était devenu.

 » A la fin de l’envoi je touche ! « 

Et j’ai pas l’air si fin que ça…

Et à la fin ....Mozart finit dans le pinard (dixit la mère Bodin's)

Laisser un commentaire

Archives