LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Chiennes de pensées en zig zag

I'm happy !

Une pensée à l’orée de la sieste, fugace comme un papillon qui s’enfuit à l’approche de la main au dessus de la fleur. Il tournoie, virevolte tout près de son vol haletant. Pas question de le prendre.

Une pensée, légère et floconneuse qui stagne dans les airs en prenant mille formes, de la chimère à l’animal le plus commun. Il est joueur mais jamais en colère et attire dans son monde rêveur les promeneurs. Jamais il ne sera atteint, vivant en tous cas.

Une pensée, furtive, chat qui d’un coup se tapit, immobile et long, sans que la proie qui vient ne le remarque, mouche, insecte, bout de laine gigoteur… Son regard est fixé, ne lâchant pas la cible, le cou raide et bloqué, étiré par la veille attentive.

Une pensée esseulée, envoyée au gré des ondes et enregistrée en « non-lus ». Un message parmi d’autres au milieu des réclames et des nouvelles déjà usées. Une pensée sotte et vaine, sans fin ni début, sans cause ni conséquence autre que d’être volatil.

Une pensée qui savoure ces moments, ceux d’avant la confusion, le jugement du sommeil.

collée au mur comme un papillon sous sa vitrine ?

Une pensée des moments de l’avant. D’avant le prochain regard, le prochain train, la prochaine musique, le croisement des sourires qui se plaquent bouches à joue, bouche à bouche que veux-tu. En attendant de glisser vers une autre activité.

Ces temps faits de moments anodins auxquels on ne prête aucune attention particulière. Pensées automatiques, hésitantes ou banales. Pensées d’une attention béante qui baille aux portes de la vie en attendant que les vantaux nous renferment.

La pensée de l’instant de l’hésitation, de la bascule vers un choix, de cette petite souffrance nécessaire qui devient une pensée de rien du tout quelques secondes plus tard.

Le papillon s’en va toujours après avoir enrubanné les massifs de fleurs d’un itinéraire complexe, haché.

Le papillon remplit sa vie de zig-zags et de contours, de pauses brèves et délicieuses au cœur des fleurs.

On peut penser à des destins moins plaisants.

Chien mouillé par exemple qui poireaute en attendant que son maître cesse d’importuner les poissons !

Laisser un commentaire

Archives