LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Pressons, pressons ! Un vieil article grignoté par internet

 

Cet article est ancien et en fait coincé dans un méandre de l’Internet et resté à l’état de brouillon suspendu sur le site…
La presse se déchaîne
. Elle dépêche des gens ici et là pour presser les raisins de la peur, du viscéral. Une dépêche tombe, comme une bombe ou un avion. Les questions et les experts se mêlent dans un ballet vide profitant de leur heure de gloire avant un assoupissement qui viendra après l’extinction des feux de Bengale de l’écran. Bientôt la prochaine catastrophe ?

Les hypothèses enflent, gagnent les yeux captifs. Les faits les dégonflent et les experts ont disparu.

La mémoire de leurs inepties avec.

Des victimes collatérales du flot qui se déverse risquent de se lasser et de quitter l’écran. Alors le ballet s’accélère et des hommes et femmes troncs se succèdent pour répéter qu’ils n’ont rien à dire, aucune nouvelle info à distiller. Des débris fumants, des cadavres passent en boucle sur l’écran, un journaliste épuisé répétant son message de vide dans une fenêtre. En bas de l’image un défilement incessant de messages répète qu’il n’y a rien à dire et rabâche des informations périmées…de quelques heures. On évoque, on répète, on se noyait, au lieu de s’empresser de dire au revoir, on reviendra peut-être si besoin.

On se fait écraser à Berlin, enterrer vivants à Alep massacrer ici et là en Afrique, et ailleurs. les experts bas du front, les politiciens et les financiers rappellent qu’ils sont des gens raisonnables et qu’il convient « de raison garder » grande phrase de ploutocrate en mal de capacité de réagir.

Mme Lagarde va bien, Monsieur Tapie aussi, les gens condamnés mais dispensés de peine ou presque sont si souvent les mêmes qui pérorent sur les écrans et manient émotion et compassion maquillage dans les médias. Un général décoré comme un sapin vient « courageusement » affirmer qu’il faut augmenter les budgets militaires, Madame Lagarde verse une larme sur des millions envolés ou en-volés. Les gamins meurent ici et là on fait des quêtes et on dépose des bougies. Mais si une poignée de réfugiés pouilleux se pointent dans une colonie de vacances désaffectée…les braves gens en sortant de la messe crient à « l’invasion » et au « danger pour nos enfants ». Ils ont été moins vigilants en confiant leurs enfants à certains curés…Mais un pédophile baptisé serait à moitié pardonné semble-t-il.

Les écrans inondent cette fin d’année d’émotion, de prises de vues en boucle d’un camion fou, d’une explosion, d’une ville écrasée sous les bombes. Madame LAGARDE va bien, Monsieur TAPIE aussi, Monsieur CAHUZAC est un peu fatigué, la famille « sponsor » du Carnard Enchainé BALKANY est au mieux de sa forme, Monsieur FILLON passe son temps à pédaler à l’envers

Laisser un commentaire

Archives