LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et mots0681571560
letratag86@gmail.com

Traces d’une escale

Elle avait au regard une lune accrochée, un sourire sans fin qui rentrait au plus fond de qui la regardait.

Elle parlait d’une voix qui attend le silence et reprenait en chantant des phrases bien posées, d’un éclat de dents blanches rangées soigneusement.

Son visage dansait avec ses mots choisis, éclairé d’un accent qui ressortait parfois, en butant contre un accord, une tournure.

Nez de barque à Nazaré


Son visage toujours jeune pouvait défier le temps, sans apprêt ni trucage, constellé de pigasses*, légères et réparties comme le maquillage d’une danseuse. Sa façon de bouger d’un endroit vers un autre, de reprendre un objet pour le regarder mieux, ses questions en sourires et les tons de sa voix dessinaient des envers de l’endroit, des images arrêtées. L’horloge s’enrayait, car le temps obéissait à la valse discrète de ses doigts, traçant les sous-titres discrets de ses paroles, ne passant pas les heures en gardant des minutes fines comme de l’eau en goutte accrochées aux nervures des feuilles d’un bananier.

Elle passait comme une risée sur un lac d’eau épaisse et lourde, réveillant les couleurs et les mouvements d’une aile fine, venue des ailleurs inconnus d’un pays à peine évoqué, si loin que le regard ne peut rien faire, le récit à peine.

Plus loin que Nicosie, des ailleurs de sud avec des grâces d’anglaise d’un autre monde, où la violence cesse lorsqu’elle paraît.

Cette femme produisait de la sérénité que son compagnon admirait sans se lasser, sans doute depuis très longtemps, leurs vies anciennes et nouvelles s’avérant denses et compliquées, dans les travers du monde, la guerre, les émigrations, les départs sans retours.

Ne tombez jamais et ne quittez pas cette vaillance paisible. Elle vous va aussi bien que le soleil à l’océan le matin, calme et fort, à la douceur profonde et aux mots précieux.

Qu’elle revienne vite, qu’ils prennent du temps pour aller ensemble compter les grains de quartz aux milieux de la Gironde, quand le vent les fait voler au ras du sol dans une brume rose piquante et tendre. Nous vous accompagnerons si vous le voulez bien. Et nous lirons des livres à voix haute en mangeant des huitres et en buvant des vins fins.

Você em breve, espero.

*tâches de rousseur en occitan

Laisser un commentaire

Archives