LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et mots

Un peu de noir dans un monde de clarté pascale !

Pâques 2019 Scène bien entendu imaginaire qui ne peut exister que dans la tète fourbue d’un idiot qui n’arrive pas à admirer les grandeurs de la république des banquiers en marche. pas dans la France de 2019.

histoire caftée par ces deux journalistes de France Dieu

« T’es pas un cadeau toi alors !
J’ai pas que ça à faire de me traîner une buse dans ton genre alors que je vais retrouver mes potes au bistrot pour le quinté +
Saloperie de mioche.
C’est pas ta faute si t’es con mais celle de ton abruti de père qui m’a collée en cloque un soir où j’étais triste et beaucoup bourrée.
T’es un accident de trajet entre la Pitchouli (le rendez vous des basques décrépis) et la maison de mes parents. Il a rangé la 205 GTI customisée dans la descente qui va à la gravière et il m’a parlé d’amour sur le siège arrière en tentant de me déshabiller avec ses doigts qui puaient. J’étais trop bourrée pour l’aider alors il a niqué la fermeture de mon jean à 50 balles. Enfoiré!
Après je ne me souviens de rien sauf que j’ai pu in extremis ouvrir la portière pour gerber dehors. Il en a profité pour me désaper encore plus je crois.
Et là j’ai fait la poupée de chiffon qui se laisse aller aux mains crades d’un type qui veut se jouer sa séquence de film porno comme acteur vedette. Le film était pitoyable mais tu es arrivé après sa projection, quelques mois après.
J’ai plus supporté de toucher un mec pendant des années ni qu’ils m’approchent.
Lui il a disparu, parti vers la Meuse je crois, pour un boulot de con entre bibine et vantardises de raté.
T’as neuf ans et il faut que je t’affranchisse un peu. Je peux pas passer mon temps à te foutre des beignes sans t’expliquer d’où elles viennent, du fond de moi. C’est vrai que t’es con mais je vaux pas mieux.
Si je gagne un quinté dans l’ordre, je t’amènerai voir la mer et on mangera des moules avec des frites et de la bière. Mais faut que j’aille jouer d’abord alors fais pas chier. Tu m’attendras devant le PMU. Je veux pas que des gens disent que j’amène mon gamin au bistrot. Cette salope d’assistante sociale, tu sais la mal baisée ou pas du tout qui fouine avec ses mains pleines de zieux quand elle vient faire « sa » visite à la maison, elle serait capable de le mettre sur son dossier au juge. Et moi j’ai pas envie de te perdre tu sais. Si on te place moi j’ai plus rien. La Caf que dalle. Je serai obligée d’accepter que René vienne plus souvent, le voisin qui vient faire sa sieste dans mon lit quand tu es à l’école et que t’as vu l’autre jour parce qu’il y avait une grève de ces putains de profs. ET René il me plaît pas mais il m’aide à payer le loyer. Et que même parfois il parle de moi à ses copains et cela me fait un petit plus.
Alors fais pas chier.
Et puis j’ai soif et je vais rater la diffusion des pronos pour le Quinté+.
Fait beau, t’as ton téléphone pour jouer assieds toi là et à toute à l’heure.
Et fais pas ta tronche de cake on dirait que je t’engueule ! « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Archives