LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et mots0681571560
letratag86@gmail.com

REVE
Quel mélimélo dis !
Quel mélimélo dis !

« Elle me manque car elle me touche…elle me touche beaucoup et elle me manque souvent….touché coulé… relation à la manque…se toucher sans se manquer, manqué ! » Notre langue est folle dès lors qu’il s’agit d’envisager les relations humaines et de les décrire, de les écrire au plus près sans se toucher, mais les couler dans les [...]

Un portrait de Lucette !
Un portrait de Lucette !
Le soleil qui brûle fait pousser les mots
Le soleil qui brûle fait pousser les mots

Carnet Quelle longue tâche que de tisser entre les pages de ce carnet une trame de sens, un tissu qui puisse ressembler à quelque chose, qui permette à quelqu’un de s’approprier des bribes et des fils. Fétichisme du papier, d’un joli carnet de cuir provoquant lignes et images. C’est sa faute, forcément. En général on [...]

Un peu de douleur dans un monde de brutes
Un peu de douleur dans un monde de brutes

Syrie, Méditerranée, etc. L’ignoble s’est rapproché d’un coup de nous. Il était pourtant tout près mais sans lunettes on n’y voyait rien. Jusqu’à présent virtuelles les guerres menées par l’occident ont fait irruption sous la gâchette de salopards abrutis, moitié religieux défoncés, moitié petites frappes en mal de virilité et de puissance, des revanchards de [...]

Gaston Chaissac toujours !
Gaston Chaissac toujours !

et encore. Quoi de plus fin que l’énigme du regard et du sourire plat de ce personnage ? Une simplicité qui semble enfantine et une profondeur qui mord et grignote les certitudes. Alors allons aux Sables d’Olonnes voir les oeuvres de ce géant timide et discret. Ses regards sur le monde, y compris sur des [...]

insecte et mascaret
insecte et mascaret

les rivières coulent en général dans un sens. Pas en Gironde où elles changent de cours avec violence parfois, toutes les six heures. Comme quoi Héraclite peut se tromper, lui qui prétendait à la métaphore absolue du temps et des choses qui passent et ne repassent jamais (Pantarei : tout coule). Il n’avait jamais quitté [...]

Archi archives
Archi archives

« J’attends la nuit, mais pas pour oublier Je veux pouvoir penser, n’importe comment, à toi. J’attends le vent, mais pas pour mieux voler Juste pour regarder, les traces regards gris, de toi. J’attends le jour, mais pas pour en parler Sentir ta voix sonner,  caresser l’air si doux, Pour toi. » 2004 juin

MARCHE OU REVE
MARCHE OU REVE

Je regarde en dedans un rêve pas si loin. Une barque tranquille avançait à coup sûr, d’une allure tranquille, sous les efforts rangés d’un rameur effacé par son chapeau de feutre. L’eau n’était pas trop lisse, d’un gris vague de loin mais strié vu de près, constellée de griffures délicates, lettres imprimées. Leur multitude la [...]

Archives