LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et motsletratag86@gmail.com

Posts Tagged ‘Portrait’
Rencontre 1
Rencontre 1

L’oeil touche à tout si on le laisse ouvert, en passant, sans en avoir l’air. C’est son ballet qui réveille les couleurs et les formes, étrillant la logique de la perception ordinaire. La photographie bloque et suspend cette petite magie ici ou là. Rencontres de reflets et de gens qui finissent par se confondre dans [...]

Dune pâle mer de plomb
Dune pâle mer de plomb

Partir d’un rien pour arriver nulle part, juste au bout d’une phrase en faisant un détour par la plage et le désert tout calme d’un océan posé comme une flaque paresseuse. Cela ne lui ressemble pourtant pas. Il est d’une tranquillité irritante, à peine troublée par un ourlet discret, quasi muet sur la plage lissée [...]

Fait divers ?
Fait divers ?

Attendre et se rouler, en boule saoule. Se cacher le long des rues, hors regard des patrouilles. Poser sa main sur le sol chaud, sur la crasse vernie d’un goudron bien lissé. Se dire que ce liquide durci a laissé des bulles infimes, quelques traces de son état liquide, ondulation figée, vague saisie contre le [...]

Archi archives
Archi archives

« J’attends la nuit, mais pas pour oublier Je veux pouvoir penser, n’importe comment, à toi. J’attends le vent, mais pas pour mieux voler Juste pour regarder, les traces regards gris, de toi. J’attends le jour, mais pas pour en parler Sentir ta voix sonner,  caresser l’air si doux, Pour toi. » 2004 juin

Portraits prêts à tout
Portraits prêts à tout

Sur le mur, ici, puis avant ailleurs, ce jeune homme qui ne vieillit pas et qui m’accompagne depuis des dizaines d’années, comme il avait déjà peuplé le regard d’autres avant moi. L’énigme de ces postures, de cet immobilisme frémissant, de lèvres maquillées qui vont parler c’est sûr … Les portraits peints sont des arrêts sur [...]

Le vent glisse du sable partout !
Le vent glisse du sable partout !

« Le vent glisse du sable entre toutes choses. Les objets crissent, les peaux se hérissent de quartz, les visages brillent de petits bijoux que le soleil parfois fait scintiller. Le vent et ses vacarmes, dans les branches et sur la plage, dans des sifflements et un grondement continue qui éclate en vagues plus bruyantes ; Un [...]

Aux larmes citoyens !
Aux larmes citoyens !

Les oiseaux hésitent et se cherchent. Le vent disperse la poussière. Rien dans le soir n’est agrippé et l’univers entier s’en foutra des sanglots discrets de ce type qui ne regarde rien que le bout de ses mains. Je me suis assis pas loin, puis plus près et nous avons pleuré ensemble. Il m’a remercié [...]

Les jours vides de sens
Les jours vides de sens

Cela vient sans prévenir, comme une brume qui descend des cols. Le poids des mots se modifie, les gestes coûtent. L’enfant me dit qu’il a la tête en courants d’air. Je regarde la mienne, elle est a peine plus peuplée. lui est inquiet et moi habitué. La différence est énorme. Le ciel est plein de [...]

Photo de mots dans le train
Photo de mots dans le train

Cheveux rouillés, brume agitée de petits coups de menton. Les sourcils presque blancs délivrent des yeux verts éclairant d’un ton vif tout ce qu’elle regarde. Le sourire est boudeur, si las. Elle travaille après avoir garni ses oreilles de cire pour s’isoler des bruits du train. Peut-être aussi des ronflements obscènes d’un ours des cavernes [...]

SOUVENANCES ?
SOUVENANCES ?

Hier la terre s’est ouverte un peu et j’ai vu dans le fond toutes mes peurs intactes, mes rêves remisés, ton regard s’éloigner. Aujourd’hui Comme si, comme si d’une manière exquise, nos secrets nous tenaient lieu de forteresse, de rempart lequel se retirer dans un isolement tiède. parfois partout Tout retourne au gris. L’automne éteindra [...]

Pointures…
Pointures...

Coiffé de fleurs, il s’égosillait souvent, essayant sans arrêt, dès le matin, de mesurer tout. Le sol est à combien de pieds des nuages ? Ma douce est elle à cent ou mille kilomètres ? Mon sexe à un mètre de mon nez ou peut-être à quatre vingt centimètres… Il rêvait sans cesse ni raison [...]

Un marché de centre ville

Un cliché du marché Bonhomme champignon.   Ballets de parapluies, à la toile qui suinte, aux baleines dangereuses prêtes à éborgner le passant démuni déjà trempé. Les voix se mêlent en une cacophonie d’oiseau sans plume et plutôt dans les graves. Justement les visages le sont, penchés sur les pavés et sur le parvis de l’église. Seul [...]

Portrait sans images.

Inondable, elle est inondable, prêt à être recouverte par les hargnes et les solitudes, le regard des hommes, l’épaisseur obscène des mots qui la giflent. Pourtant la crue est destinée à refluer et l’herbe repousse encore plus drue après ce bain fécond. Elle serre les poings, regarde un peu partout et se réfugie dans le [...]

le fou assis

J’ai vu, j’ai lu, dans la rue.Dans sa vue rien de plus,Assis et grimaçant, souriant aux voituresN’attendant rien du temps que ce soleil de mars.Petit vent doux cajole le fou.Je l’ai vu tout ému dans ta rue,Accroupis bien en vue, sur la pointe du cul _uacct = « UA-2236609-1″; urchinTracker();

Parti si loin, jamais rentré ?

le Baccara, navire pêche arrière des armements Nicot de Concarneau sortant du port. Juillet 1973 1973, je partais sur ce chalutier pour des semaines en mer à étriper du poisson vivant par tonnes, en me levant toutes les quatre heures, jour et nuit. De vrai vacances.Et pourtant, quelques images reviennent avec des odeurs et des [...]

la vie suspendue, la mort tranquille ?

Le temps qui repart comme un moteur bien froid, le temps qui s’arrête au fil d’une journée froide. Les temps différents croisés, confrontés l’espace d’un silence, de regards et de mots rares. Lorsque cela s’arrête, la pause est brève pour les uns, plus longue voire immense pour d’autres. Tout coller et recoller, essayer d’y croire [...]

L’homme assis

Il regardait la foule se presser en zigzag, rechercher dans le froid des rêves inutiles, des chaleurs de pacotille. Son chien n’avait pas l’air de s’intéresser à cette vie urbaine et entre ses pattes un museau fin dormait tranquillement. L’homme était installé sur un double carton d’une grande marque d’écran de télévisions. Pour lui c’était [...]

Une vie de tu à toi ?

J’ai trouvé, entre les pages d’un livre de la bibliothèque une feuille avec ce texte inachevé : « Quand j’étais gamin et que j’avais quitté je ne sais plus quoi…je comprenais pas tout ce qui se passait.Pour m’en souvenir j’écrivais sur les murs avec un gros bout de charbon.Pour ne pas perdre cette mémoire il [...]

Portrait d’une épaisseur

vue partielle de la grange de Bernede avant le débarras Déblayer un tas de bourrier, cette expression du sud-ouest pour désigner l’indistinct qui tr^$aine au sol, depuis le mouton de poussière jusqu’au fourbi remplissant un grenier. La taille importe peu.Sortir d’une grange des restes enguirlandés de toiles et de poussières. Tirer dans un fracas étonnant [...]

martin pêche aussi

J’ai juste ramassé posée sur ma chaussureUne plume très fine orpheline d’oiseauVirgule compliquée tissée bleu et dentelleCaresse d’un air frais sur la joue du matinBrève légèreté qui va me parler d’elleDe ces ailes vibrantes qui rasent en un éclairArrachant de l’eau noire une larme au matinComme sa main rapide autour du cou cajole . Merci [...]

Portrait pour trait

Les plongées vers le jour, les barrières et les issues…Retirée dans ses souffrances elle avait au creux des mains des démangeaisons étranges et subites. Son beau visage dur et tendre s’était étiré encore. Creusée, bousculée et prête à tomber vers un sol jonché d’images et de sourires, mais aussi de pierres et de déchets.Je l’ai [...]

Miguel ENRIQUEZ Carmen CASTILLO

Miguel ENRIQUEZ avait 30 ans en octobre 1974. Il mourra de ses blessures, elle survivra, perdant le bébé qu’elle portait.« Nous avons fait ce que nous pouvions avec ce que nous savions. Ce qui reste vivant c’est le désir. Ils ne peuvent pas tuer ce désir. Nous avons touché au mystè_re de la jouissance. Ils ne [...]

Les fusains et le drap de lit

La banlieue est ordinaire. Deux arbres malingres encadrent un portail de bois plein, déchaussé, vieilles dents, penchant vers sa chute. La rue se termine là, et le goudron a laissé quelques traces entre les herbes qui l’ont crevé depuis des années. Les maisons attenantes semblent abandonnées. Dans la cour, une masse d’objets s’entasse sur la [...]

Anorexie

Comme un petit oiseau trempé, mouillé par l’orage et dont leplumage ne sert plus à rien, elle regarde d’un air doux le vide qui l’emplit,l’entoure et la sidère. Rien ne peut animer cet air douloureux sur ce corpsvieux d’enfant que cent douleurs entourent et tordent. Elle n’a que cette voixfluette et lasse, traversée parfois d’indignations, [...]

Archives