LE FABRICAUTEUR Ici habite un marchand d'histoires entre images et mots

Incendies en flous et feux
flous de voyage

Flous de voyage

Que dire de ces brumes suspectes et des feux sombres qui trempent les soirs de chaleurs dans des dérives chromatiques et des perceptions folles ?

L’eau ne reflète plus le ciel, le soleil se couche maquillé à outrance, l’air lui même pue.

En Ukraine, vers l’est les soirs sentent le cadavre et l’incendie, la mort qui tombe du ciel change les paysage et casse les vies comme les immeubles, rasant des villes et pulvérisant les gens.

Rien à voir ? Il n’y a jamais à voir, juste à se représenter l’invraisemblable, des visions qui effacent et tordent les souvenirs les plus simples et tendres. Les flammes désertent mon pays, mettent à nu la Dune, non pas bleue mais en ces moments, noire et salie, désertée, devenue  île au milieu du charbon et de la poussière. Un vaisseau mou devenu une épave sans son sillage dans l’océan vert des arbres.

On peut tout perdre, égarer des objets, ne pas retrouver la boîte à trésor, manquer de souvenirs parfois sur un fait précis. La première fois que je suis allé chevaucher cette poudreuse baleine calme, il y a plus de 65 ans, j’y suis monté à dos d’homme. Devenu soudain maître du monde, je survolais d’un coup l’immense panorama, infini au regard, vert et bleu, ourlé des chevauchées blanches des brisants et ondulant de la cime des arbres. J’étais saoul d’un trop plein d’images, si grandes que je me retrouvais rassuré par une plume fichée dans le sable tiède, petite trouvaille à mon envergure, avec en face le crabe immense d’Arguin, grandissant avec le reflux de la basse mer.

Mille fois j’ai remonté cette bosse de sable, montagne incongrue toujours changeante.

J’y ai dormi, aimé, lu, écrit, hurlé, chanté et même skié sur des aiguilles de pin !

De savoir que ce monstre rassurant a résisté aux vents, aux feux, aux hommes qui veulent l’exploiter et en tirer de l’argent me tranquillise un peu. Elle nous survivra et avec elle ses trésors enfouis depuis des milliers d’années, y compris la maison de bois de Marguerite Marie, et les cabanées des campings et des forestiers, des gemmeurs et des gamins rêveurs qui imaginaient des remparts de branches pour la stopper. Nous voulions protéger Chez Tintin, le petit restaurant où les crêpes étaient si bonnes et convoitées, au pied du montre, dans la forêt.

La dune qui a dévoré aussi les blockhaus et le faux vaisseau en béton, les barbelés et casemates,les emplacements de parking. Elle va moins vite que le feu mais sa reptation est aussi variée qu’implacable, s’ auto-alimentant sous le vent en sable fin et bruineux, soudain vivante et visible lors des grandes tempêtes d’équinoxe. Je l’ai sentie et vue rugir, soulever ses chevelures piquantes lisser son pelage en gommant en quelques minutes les traces humaines pour lisser des formes étranges, des valons improbables, marqués des dessins uniques qui s’organisaient au prétexte d’une branche fichée dans le sable, d’une partie de tronc soudain mis à jour. La dune mange du bois, des oiseaux, des maisons, elle les régurgite parfois, des fins fonds de la préhistoire ou du moyen âge.

Elle se nourrit de sable et de vent, se maquillant sans cesse à chaque bourrasque. Y dormir est un luxe, un balcon dur les étoiles, et un siège confortable pour voir l’horizon s’amuser avec l’océan et l’arrondi de la Terre suggéré au levers du soleil, à l’œil nu.

Elle peut être bruyante et désagréable si l’on méprise le vent et son sable cinglant. Elle peut être d’une douceur infinie lorsqu’on y dort, au creux d’une petite dépression ou au sommet, suivant le temps qu’il fait. J’ai enfoui dans sa chevelure de poussières tellement de souvenirs d’enfance et d’adolescence que je m’inquiète un peu de ce qui arrive ces temps-çi dans ses parages. Son blanc jaune parfois, ses reflets gris et bleus la nuit vont être salis par les cendres et les escarbilles. Elle saura,dès le prochain solstice, secouer son pelage et absorber ces traces de bois brûlé.

Ma Dune bleue comme une orange !

 

Les commentaires sont fermés.

Archives